Master Class  : Comment écrire des Posts LinkedIn qui décollent 🚀-  Bonus de Formation en Social Selling

Animée par Christopher Piton , auteur de la méthode : A la conquête de LinkedIn

Organisé par Back to Business dans le cadre des rencontres de la croissance

Hasta la 🏆

Comment se positionner en tant que dirigeant sur LinkedIn ?

Le dirigeant de l’entreprise , outre son devoir d’exemplaritĂ© , se doit de dĂ©velopper une approche originale afin d’insuffler une dynamique collective autour de la marque employeur !

Faire ses premier pas sur Instagram

Yoann Noury , Expert & Influenceur Instagram , nous révélera tout sur les coulisses de ce média , afin de réussir son positionnement et son approche !

Comment améliorer son référencement local ?

Le rĂ©fĂ©rencement local est la clĂ© du succès de nombreuses enseignes ! SĂ©bastien vous rĂ©vĂ©lera tout ses secrets pour dĂ©velopper votre notoriĂ©tĂ© Ă  l’Ă©chelle locale !

Ecrire des Publications LinkedIn qui dĂ©collent : Bonus de Formation – devenir expert en Social Selling

Il est 14 heures, c’est back to business, étant donné qu’on a coordinence d’entraînement énormément d’importance autant et la gestion du temps, je vais commencer de suite pour éviter justement tout le sujet qu’on voit qu’on va couvrir aujourd’hui sous quand même relativement large, il faut le dire, Christopher, on s’est fixé un programme qui est très, très ambitieux. Ouais. Du coup, je renouvelle ma reconnaissance pour ta présence, Christopher Piton, au sein de cette master class. Je vais juste prendre la main sur les sept premières minutes pour planter le décor et pour vous montrer dans quelle mesure.

 

Back to business qu’est ce que c’est ?

 

Finalement, back to business on fait ce travail collectif et de pouvoir lancer au mieux Chistopher sur Comment créer des postes? Qui donne des ailes. Voilà alors chez Back to Business ce qu’on est finalement une agence accélératrice de croissance. On ne tend pas forcément à aller toujours plus vite et toujours vers le plus, mais d’aller toujours vers le faire le mieux. Et nous, ce qui nous intéresse beaucoup. Back to business, c’est justement de pouvoir accorder un temps d’échanges avec vous pour comprendre qui vous êtes, quelles sont vos valeurs, quel est votre passé?

Pourquoi, justement, greffer une stratégie de social selling chur sur votre histoire, l’histoire qui est la vôtre et qui est qui nous intéresse. Du coup, il y a un deuxième point qui est très important chez Back to Business, c’est la question de l’acquisition. Nous, on pense que l’acquisition faite, c’est un processus vivant et qui doit être sans cesse analysé, décortiqué, pour essayer justement d’améliorer au mieux. Cette stratégie d’acquisition. Ce n’est pas forcément une stratégie d’acquisition commerciale.

Ça peut être aussi une stratégie d’acquisition dans le cadre de la construction d’un bassin d’audience, de manière à pouvoir communiquer sur son propre sujet. Et nous, on pense chez Back to Business que, justement, le moteur de la croissance, c’est avant tout dans votre promesse d’engagement. C’est cet animal totem. Ce sont deux valeurs qui vont nous permettre d’aller de l’avant et de pouvoir aller toujours vers le mieux et vers la réussite. Du coup, back to business nous, notre promesse d’engagement.

Je vous pose la question qui sens sans que je puisse malheureusement vous laisser la possibilité de répondre. Quel est votre premier engagement? Je trouve que c’est déjà une première question très intéressante. En tous les cas, la nôtre chez Back to Business, c’est de mettre l’intelligence naturelle au service de votre performance digitale. Et pour ça, justement, on essaye de vous faire gagner un maximum de temps. Moi même, je me suis formé à ce métier. C’est vrai que j’ai pris énormément de temps.

 

Le rĂ´le de Back to business

 

C’est très chronophage. Et nous, le but, c’est de mettre le doigt sur les compétences, sur les sujets qui vont me permettre de progresser au plus vite. Du coup, on est convaincu que le digital a complètement révolutionné le métier de Dieu de la vente, de la promotion, de la communication, et on est convaincu que la vente doit rester un art et ce doit être avant tout le vôtre. Parce que vous allez voir, on va vous montrer un certain nombre de trucs et astuces, ces fameux hacks.

Mais le but, ce n’est pas de collectionner des hacks à la Prévert, c’est justement de développer une approche qui nous est propre et qui va vous permettre d’avoir un discours qui soit cohérent, aligné, qui va vous permettre de séduire au mieux votre bassin d’audience ou vos potentiels prospects. Pour parvenir à vos objectifs personnels, on a tendance à dire chez les back to business qu’on ne parle pas de croissance sans casser d’oeufs. Et généralement, donc, à travers les échanges qu’on a avec nos partenaires, on en a la possibilité, justement, de se rendre compte qu’il y a certaines choses qui peuvent être ignorées ou alors des préjugés par rapport à certains réseaux sociaux.

Et nous, on essaye de construire ou de déconstruire tout ça. Du coup, notre marque de fabrique chez Back to Business, c’est justement de sortir des sentiers battus, de développer en fait une approche la plus originale possible, et ce, justement grâce à un collectif de pilotes d’élite dont vous avez des membres qui sont présents parmi nous aujourd’hui, que je salue et que je remercie pour l’énergie qu’ils déploient autour de cette question de la performance digitale. Donc, aujourd’hui, vous avez la possibilité de rencontrer et d’apprendre à connaître de manière plus approfondie Christopher Piton, expert de LinkedIn, notamment son sujet de prédilection qui est l’écriture persuasive que je fais au plus.

Bref, pour te donner la main tout de suite parce que je sais très bien que les gens sont venus pour t’entendre et donc on va venir au fait par mots. Voilà donc ce qui est très intéressant chez eux par rapport à ce mot, à notre approche, c’est qu’on a réussi à développer un catalogue de formations qui répond justement à cette question de la performance digitale. Et aujourd’hui, en fait, on va en parler plus particulièrement de devenir expert en social selling.

Je suis très heureux de vous présenter les autres, les autres sujets, mais ce n’est pas l’objectif du jour. Notre valeur ajoutée, en fait, c’est de faire du coaching sur mesure, du coaching adapté et personnalisé. On crée des points de dialogue privilégiés avec vous pour voir qu’est ce qui va, ce qui ne va pas et qu’est ce qui pourrait être amélioré. Le gros avantage, justement, c’est qu’on est date à d’Ocquier. Vous voyez peut être pas, mais tous nos parcours, en fait, sont.

Choc pour les Oko, soit encore le CPF. Et donc pour l’ensemble de nos partenaires, on a réussi à obtenir 100 de prise en charge. Donc, finalement, notre travail sur le plan financier, il est indolore et ce, pour pourvous. Et donc nous, on serait très heureux de pouvoir vous accompagner, et vous aider dans votre logique de progression.

 

 

 

Le social selling, ça offre de nombreux avantages. Je vais essayer de dérouler et voir le temps qui nous imparti.

Vous allez voir. Ça permettra de constituer un bassin d’audience, de mener des campagnes de prospection. Alors là, encore une fois, il y a tout un débat sur l’automatisation ou pas auquel on essaye de répondre à notre manière. En tous les cas, c’est une manière de partir à la conquête de nouveaux clients ou de nouveaux, de nouvelles personnes qui peuvent avoir un intérêt par rapport à vos valeurs, par rapport au message qui est le vôtre. Mais je pense que Christopher nous fera une bien meilleure présentation des avantages que peut révéler la ligne Pleudihen.

En tous les cas, nous, l’état d’esprit qui est le nôtre, en fait, c’est celui de gros acteur et qui est justement de pouvoir formuler des hypothèses de manière constante et de les expérimenter pour voir si elle fonctionne.

 

Mise en situation

Par exemple, aujourd’hui, l’hypothèse qu’on est en train de formuler, c’est si je faisais des posts sur les réseaux, optimisés afin qu’il soit le plus aérodynamique possible grâce aux conseils de Christopher Piton. Peut être que ça va avoir de l’influence sur mon activité.

En tous les cas, c’est ce sur quoi on peut travailler aujourd’hui. Et du coup, on formule cette hypothèse, on produit cette hypothèse, on l’expérimente. Et puis après, on interprète ces résultats pour voir si on a réussi à atteindre ses objectifs ou pas. Et on essaye justement de travailler de manière continue sur l’amélioration de ses process. Et pour ça, on accorde beaucoup d’importance à la méthode Kaizen qui vient du Japon. Donc, ce programme de formation devenir expert en social Selling.

Il se compose de six ans de coaching individuel. De là, vous le voyez pas forcément de huit heures de vidéos en ligne, de tutoriels. Vous recevrez bien sûr la méthode à la conquête de l’Ouest Finning, écrit par Christopher. Et une place, justement, une master class comme aujourd’hui.

 

 

 

Les avantages du Social Selling

Voilà, je. Oui. Et justement, dans le cadre de ce parcours, on formule plusieurs objectifs. C’est tout un parcours de logique, de progression et on essaye de voir ensemble un certain nombre de points de compétences qu’on essaye d’améliorer ensemble.

 

 

 

Comment créer des postes engageants sur LinkedIn?

Du coup, nous, pour nous, les piliers du social selling, c’est ce sont les suivants. C’est d’abord un profil optimisé. C’est d’abord également un système d’acquisition pour pouvoir justement venir à la rencontre et rentrer en contact avec eux, avec ses prospects ou son bassin d’audience, et communiquer justement de manière pertinente, de manière percutante. Je voulais juste revenir parce que c’est vrai qu’aujourd’hui, on va avoir une compétence en fait de copier Writing qui finalement est sous jacente, donc, dont les trois piliers du de la réussite du sous chef Selling.

Vos compétences en copie writing ou en écriture persuasive vont vous permettre justement d’optimiser votre profil comme sur LinkedIn, d’optimiser les messages de rencontres, de connexion et puis d’améliorer vos postes qui pompiers. Finalement, le roi des rois est donc. Donc voilà. Du coup, pour ma part, je vous ai présenté un petit peu le cadre de travail et la philosophie qui est la nôtre. Christopher Patin, le marchettes les planchais.

 

Intervention de l’expert de LinkedIn Christopher Piton

 

Merci, merci. Merci à toi Ludovic pour ta présence aujourd’hui. Et bien bonjour et bienvenue à tous les participants et participantes. Et pour ceux qui ne me connaissent pas moi, c’est Christophe Piton. Donc j’ai 31 ans et j’ai travaillé en tant que chargé de projet web pendant près de 5 ans pour un groupe industriel. Et depuis deux ans, je suis couché formateur sur LinkedIn. Non, j’accompagne surtout les indépendants et petites entreprises à développer leur activité sur ce réseau social professionnel, LinkedIn, et ce, grâce à une stratégie de contenu bien huilée.

 

Le rĂ´le de Christophe Piton

 

Concrètement, je les aide à construire leur image de marque sur LinkedIn et à monter en compétences en écriture persuasive, comme le disait Ludovic en amont. Et en gros, l’idée, c’est vraiment de se développer en fait une compétence profonde et utile sur les autres aspects de l’activité. Et depuis le 3 décembre 2010, un choix si l’auteur d’un livre paru aux éditions Eyrolles qui s’appelle À la conquête de LinkedIn, qui a justement aidé les indépendants Free à bien utiliser la plateforme LinkedIn pour se bâtir une forte réputation et générer des prospects sur le long terme.

Et enfin, juste avant d’enchaîner sur Pourquoi publier sur LinkedIn quelques petits sur mon compte. Aujourd’hui, je suis suivie par un peu plus de 500 personnes sur LinkedIn, et ce, de manière quasi organique, c’est à dire que 90 des personnes qui me suivent, c’est grâce du coup à la force de mes contenus sur LinkedIn et mes pas génèrent en moyenne à peu près 28.000 vues, ce qui fait en gros à peu près par mois, entre 350 et 500.000 vues sur l’intégralité des contenus LinkedIn en fonction de la fréquence et cadence de publication.

 

Les piliers du Social selling

Ça fait rêver, mais après le positif, voilà, ce n’est pas forcément de se dire moi, j’ai atteint ce résultat là, il faut attendre, s’installa, bien entendu, c’est tout. Ça s’est adapté en fonction de votre audience qui vous suit sur LinkedIn, en fonction de vos objectifs sur LinkedIn qui sont à déterminer en amont et pas juste se comparer. Parce que finalement, ça n’apportera pas les résultats escomptés. Pourquoi publier sur LinkedIn et entrons directement dans le vif du sujet, tout simplement.

Dans un premier temps, pour gagner en visibilité en utilisant les codes LinkedIn. Concrètement, si vous ne publiez pas, on n’a aucune chance de vous connaître via via média, hormis si vous entrez en contact directement avec des personnes via des messages privés pour développer votre réseau.

L’autre intérêt, c’est finalement de travailler votre image de marque grâce à votre tonalité et donc votre personnalité et vos propres expressions. L’autre avantage, c’est de gagner en crédibilité en vous positionnez en tant qu’expert sur LinkedIn, typiquement en parlant de votre domaine et en partageant des conseils et en montrant ce que vous savez faire à travers vos publications également. Ça permet de créer de la proximité et de fédérer une communauté autour de vos valeurs et de votre univers. Et donc, l’objectif.

Encore une fois, ce n’est pas de jeter votre personnalité au placard, mais bien entendu de rester vous même.

 

 

Comment réussir sur LinkedIn ?

Ça vous permet d’attirer une clientèle qualifiée grâce à une constance sans faille. Ce qui l’intéresse, c’est d’être vraiment constant pour avoir des résultats sur le long terme à mesure que vous publiez sur LinkedIn. Vous allez bâtir une petite communauté de fidèles lecteurs et parmi eux, il y a des clients qui seront très qualifiés ou des personnes qui vous recommanderont, car ils seront convaincus de vos propos.

 

Ce qu’il faut retenir sur LinkedIn

En somme, est ce qu’il faut savoir? C’est que 99 des utilisateurs sur LinkedIn ne créent pas de contenu. Et c’est ce qu’on appelle la fameuse règle des 1, aussi couramment appelée 99 1.

Ça fait un peu rap, dit comme ça, mais ça illustre le fait que finalement, un des utilisateurs crée du contenu sur LinkedIn et sont très actifs, même si ce chiffre a tendance quand même à évoluer. 9 Comment surtout réagir au contenu? Et 90 vont surtout se contenter de consommer les contenus. Ce qu’on appelle la majorité silencieuse.

Et bien entendu, votre objectif en tant du contenu, c’est de faire partie de ces 1% là. Et pour atteindre vos objectifs? Pour y arriver, il a l’idée. C’est vraiment de partager des contenus pour affirmer votre expertise et devenir la personne à contacter sur votre secteur d’activité sur LinkedIn. Voilà pour cette slide super justement.

Alors on voit, on va enchaîner ce que c’est vrai que de temps en temps pour passer de l’autre côté des coulisses, on est souvent. En tous les cas, moi, j’ai été confronté à ce phénomène. C’est le fameux syndrome de l’imposteur. Et de manière à vous encourager à vous permettre de vous donner de l’élan foral pour tendre vers la création de contenu. J’ai invité un autre invité surprise que je vous laisse découvrir tout de suite. C’est parti! Allez, on se passe!

Au silence, on tente sa chance. On suit, on se moque, on n’entend rien là. Merci. Du coup, vous n’entendez pas, c’est pas grave, on passe à la suite.

Mince, c’est dommage. C’était la petite touche d’humour. En tous les cas, je vous invite à aller voir ce petit slams de Norbert. Allez, on y va. Ça donne beaucoup, beaucoup d’énergie pour pouvoir justement sortir de sa zone de confort et se lancer sur la création de contenu, souligne Claudine.

 

Où trouver l’inspiration pour écrire des  publications LinkedIn / des Post sur LinkedIn

 

Donc, au final, comment trouver des idées sujettes post Eh bien premièrement, à travers votre expérience qui ne s’est jamais dit je n’ai rien à raconter, ma vie n’est pas aussi intéressante que ça, à mon sens. Plein de personnes. Et pourtant, dans votre passé, dans votre histoire, et même si vous débutez dans votre carrière entrepreneuriale, ça mérite d’être dévoilé au grand jour. L’idée, c’est de commencer par creuser finalement dans votre passé, en vous posant ces trois questions.

La première, c’est à quelle expérience singulière est ce vécu? Mon idée, ce n’est vraiment pas de chercher compliqué pour donner des exemples concrets. Alex VIDEOTS, qui est un influenceur, un enseignant en sciences en voyages, s’est reconverti en tant que coach en personal branding. Et du coup, il a partagé sur les réseaux sociaux et sur LinkedIn les raisons de cette réorientation professionnelle. Autre exemple Marjolaine Revel, qui est une coach éditoriale, avait quant à elle relaté dans une publication LinkedIn émouvante le plus grand regret de son père.

Et pour donner un autre exemple, j’ai aussi partagé à moi les vraies raisons qui l’ont poussé à refondre mon image de marque début 2020. Donc, en gros, c’est vous dire quelles sont les expériences les plus singulières que j’ai vécues, trouver des idées de sujets qui pourraient intéresser mon audience. En tout cas, vous servir de cette base là pour mettre en avant votre personnalité et essayer de faire le pont et le lien avec votre activité. Le deuxième à la deuxième question, c’est à vous poser, c’est quels sont les sujets que j’ai déjà creuser en profondeur?

Donc, pour vous donner un exemple, moi je passe par exemple pas mal d’heures à créer des carroussel sur LinkedIn, et notamment, j’en avais fait un autour du sujet des multiples potentiels, parce que c’est un sujet qui m’intéresse beaucoup et dont j’avais créé un look carroussel. Finalement, sur comment communiquer sur les Deane quand on est multis potentiel et le fait d’avoir creusé cet angle là, ce sujet là qui m’intéressait, eh bien, ça m’a permis de pouvoir proposer un contenu qui n’était pas partagé sur LinkedIn, en tout cas par moi que je n’avais jamais jamais vu.

Et ça a permis vraiment de capter l’intérêt de l’audience et de leur apporter à une publication un sujet qui était nouveau. Et la troisième question à vous poser, c’est finalement quelles sont les leçons ou les histoires intéressantes que vous pouvez retirer de vos projets de lectures ou de discussions, par exemple? Moi, j’avais déjà partagé mes enseignements lors de l’écriture de mon premier livre à raconter dans une usine où je disais que finalement, j’avais vraiment sous estimé mon temps de travail et qu’il fallait pas que je me fie à mes propres perceptions.

Et en fait, je croyais que le premier jet de l’écriture de mes deux premiers chapitres était vraiment excellent. Et au final, j’ai dû lire écrire deux fois. Après des remarques de ma communauté de relecteurs qui m’ont dit que c’était n’était pas aussi bon que ça et finalement, ma perception a été vraiment biaisée et j’en ai retenu des leçons qui étaient de pas me fie à mes propres perceptions, mais de confronter finalement mes idées et mes sujets à une communauté de personnes.

Et du coup, cette leçon là, je l’ai partagée sur, souligne Medine. Mais après, on peut très bien la partager aussi sur d’autres supports. En tout cas, sur LinkedIn, ça permettait d’avoir aussi un nouveau sujet. Deuxième méthode c’est finalement à travers vos recherches et vos discussions. Typiquement, moi, j’aime bien utiliser un site en ligne qui s’appelle Ensure de public. Vous remarquerez que mon accent anglais est magnifique, mais l’objectif, en fait, ça consiste, à partir d’un mot clé, de retrouver les questions les plus posées et donc les plus tapées par les utilisateurs de Google.

Par exemple, si vous tapez jardinage, vous aurez toutes les questions posées autour de ce sujet et du coup, pour chaque question, vous pouvez en faire un post et donc y apporter une réponse dans votre post. Ça vous donne déjà un tas de sujets à exploiter, finalement. Aussi, un autre outil que j’aime étudier, c’est tout simplement Google Alertes. L’idée, c’est que vous allez planifier une alerte sur un mot clé s’appelle jardinage. Ça peut être.

Ça peut automobiles. Bref, qui est ce qui vous importe en fonction de votre activité et de votre métier? Et donc, tous les matins, par exemple, vous allez recevoir une, un récapitulatif, une notification, un récapitulatif des actualités chaudes autour de ce mot clé là et vous pourrez ainsi vous en inspirer pour faire un post également. L’objectif n’est donc pas de partager le lien de l’article, ni de faire un copier coller de l’introduction ou le copier coller d’un paragraphe de l’article, mais plutôt d’expliquer pourquoi vous l’avez aimé, ce qu’il apporte finalement pour votre audience et donc pourquoi vous le partagez et pourquoi les gens devraient le lire.

Et à partir de là, vous avez répondu à ces questions là. Vous avez là un sujet de post qui va intéresser votre grand.

Pourquoi publier sur LinkedIn?

Si vous venez de lancer votre activité, que vous avez vraiment besoin de trouver des clients à créer du contenu ne sera pas la première étape parce que ça prend du temps pour finalement avoir des résultats. Et si, si vous démarrez justement votre activité, mieux vaut dépenser et concentrer vos efforts dans la prospection. Et en parallèle, pourquoi pas mettre en place une stratégie de contenus modérés, par exemple un poste par semaine pour commencer à poser les premières briques de votre visibilité?

Et lorsque votre activité sera de nouveau assez stable, là, vous pourrez bien entendu à intensifier la création de contenu. Si vous avez après le bout des ressources en interne pour pouvoir créer davantage de contenu, là, vous pouvez y aller plein. La deuxième étape, c’est finalement de définir vos objectifs. Est ce que votre objectif est spécifique? Donc, il s’agit ici d’éviter toute ambiguïté. Donc, on doit être en mesure de définir le résultat de manière simple, de quantifier ou de le qualifier pour savoir s’il a bien été atteint sur une période donnée et préciser une date limite pour atteindre des objectifs.

Est ce que finalement, votre objectif que vous allez mettre en place est faisable? Donc là, rien ne vaut une bonne planification d’actions réalistes étape par étape pour atteindre un objectif. Est ce que votre objectif était réaliste en terme de ressources nécessaires?

Pourquoi?

Parce que nous avons parfois la mauvaise habitude de surévaluer, de sous évaluer notre objectif sans savoir si notre projet sera réaliste en terme de ressources. Comme expliqué en amont, c’est à dire humaine, financière, en temps et en énergie. À la deuxième étape, une fois que vous avez défini vos objectifs, c’est de définir vos thématiques et sujets d’expertise, le tout en vous aidant de votre boîte à idées et des outils que j’évoquais, que j’évoquais tout à l’heure, puis finalement de lister toutes vos idées de poste et les placer dans votre calendrier de publication.

 

L’importance d’établir un planning précis sur LinkedIn

 

Et donc, on y vient à cette étape, de définir justement et d’établir un planning précis. Il y a deux avantages majeurs à le faire sur LinkedIn. Premièrement, vous n’avez plus à subir cette pression psychologique. Mince, est ce que je dois publier mon contenu du jour? Et sur quoi? Vais je bien pouvoir écrire? Ni de devoir publier un contenu qui va être vide de sens parce que vous vous dites il fallait impérativement que je publie un contenu aujourd’hui.

Et du coup, je me suis pris Orta. Le deuxième avantage à établir, a t on expliqué, c’est que vous serez réguliers, peu importe si vos émotions et votre état de santé du jour.

Et comme vous le savez, la régularité est l’une des clés de la visibilité. Donc, tout l’intérêt d’avoir à attendre la publication.

Ensuite, si vos contenus sont déjà prêts à l’idée, à définir une fréquence de publication et donc là, il faut vraiment être régulier en tenant compte de vos ressources en temps, en termes en énergie et en budget. Il essaie toujours de commencer, par exemple plutôt par 5 publications par semaine et s’y tenir sur le long terme que de faire trois ou quatre publications par semaine pendant deux mois et mettre un coup d’arrêt et revenir six mois plus tard.

Et finalement, entre temps, les gens vous auront envié.

Dans ce cas, mieux vaut faire une publication par semaine et intensifier la fréquence si vous avez après les ressources nécessaires et si vous remarquez que le jeu en vaut la chandelle. À partir de là, vous pourrez faire deux publications par semaine, puis ensuite trois publications passeront.

Super! J’aimerais juste rebondir sur ce que tu dis par rapport aux deux réponses que tu viens apporter. La première, c’est que tu viens me dire voilà, il faut s’imprégner de son expérience personnelle. Ça rejoint un petit peu en introduction, quand j’ai parlé de la promesse d’engagement et tout le vécu est d’essayer d’exploiter au mieux son sens dans ses bagages antérieurs au parcours. Et du coup aussi. J’entends beaucoup dire qu’il faut rester concentré sur un seul sujet, sur un seul, une seule thématique.

 

La particularité de Christopher Piton qui fait son succès

 

Et moi, ce que j’admire beaucoup chez toi, c’est que t’es reconnaissable à 100 km grâce à cette couleur jaune, grâce justement cette tache qui est la tienne. Et moi, c’est vrai que mon défaut, c’est de ne pas vouloir forcément parler toujours la même chose et de temps en temps que de parler d’écologie alors que ça n’a rien à voir avec mon sujet de prédilection. Voilà comment on a réussi à développer cette tache qui est la tienne. Et ça, je pense que c’est encore important aussi.

C’est parti à la fois graphique et peut être aussi de redondance en termes d’éléments de langage qui font que ça constitue ta personnalité. On imprime quoi?

Après ça, ça s’est vraiment créé au fur et à mesure du temps. Typiquement, je n’ai pas commencé en disant qu’il fallait impérativement que je conçois du contenu sur la thématique linguine à proprement parler. Au fur et à mesure du temps, mon positionnement a évolué, mon image de marque aussi a évolué et mes offres ont évolué et de l’évolution de ces facteurs là. J’ai adapté aussi ma stratégie éditoriale et ma ligne éditoriale dans ce que j’ai fait, c’est que j’ai vraiment misé sur mon identité visuelle et aussi sur mes forces, c’est à dire que moi, mais force surtout l’écrit.

Et donc, même si j’ai testé tous les formats, même le format audio ou même le format vidéo, je me suis rendu compte que moi, mais Forces, c’était surtout l’écrit et la partie aussi visuelle. Donc, j’ai commencé par faire des publications textuelles de manière très, très simple. Puis après, j’ai testé aussi des visuels, des schémas, des infographies. Et puis, tout doucement, je suis. Je me suis orienté vers la publication de Carroussel et notamment de Carroussel très, très long pour me démarquer de la concurrence qui, eux, avaient plutôt tendance à créer des carroussel très, très courts.

Et moi, je me suis dit C’est peut être le moment de créer des carroussel qui sont beaucoup plus longs en creusant un sujet et en y apportant aussi ma tonalité. C’est dire une tonalité un petit peu plus humoristique, un petit peu plus décontracté, pour finalement toucher et connecter émotionnellement avec mon audience et pas me dire mes concurrents ou d’autres créateurs de contenus. Ils font des carroussel de ce type là. Il faut impérativement que j’aille dans cette direction. Je préfère prendre le contre pied et ça a marché, mais ça a marché pour mon audience.

D’où l’intérêt de tester et d’analyser des intérêts, chacun en fonction de son audience. Parce que ce qui marche pour moi ne fonctionnera pas pour quelqu’un d’autre. C’est pour ça que j’ai toujours des pincettes et j’essaye d’être le plus pragmatique possible parce qu’on a trop tendance à regarder ce que font certains influenceurs et certains créateurs de contenus sur LinkedIn et se dire Ah, si ça a marché pour eux, ça a marché pour moi et c’est comme ça que ça marche. Ça a marché pour eux, mais le plus souvent, ils disent pas pourquoi ça a marché.

Il y a tellement de facteurs la taille de l’audience, l’historique des publications, ces influenceurs là, depuis combien de temps ils créent du contenu. Justement, ça fait trois ans que je fais du contenu, donc il y a aussi cette régularité et c’est historique est à prendre en compte. Le sujet des publications, le format des publications, l’accroche de la publication, tout ou tous ces formats là. Tous ces éléments là contribuent à la réussite aussi d’un poste, et pas uniquement avoir un beau visuel.

Et il est respecté ou essaie de hacher l’algorithme parce qu’aucun acte, aucune astuce ne sauvera un contenu qui est médiocre. Si ça fonctionnait encore il y a quatre ans ou un contenu moyen, on va quand même peut être mis en avant. Aujourd’hui, l’algorithme évolue, l’algorithme se durcit.

 

LinkedIn est devenu un milieu oĂą se concentre une forte concurrence

 

Il y a de plus en plus de créateurs de contenus sur la plateforme LinkedIn qui font que l’intensité concurrentielle au niveau des créateurs de contenu est de plus en plus forte. Et du coup, il faut réussir à se démarquer de la masse et se fait aujourd’hui est uniquement pertinent.

Une fois de plus en plus hyper hyper pertinent et se demander est ce que le contenu que j’ai publié se différencie suffisamment des autres utilisateurs de LinkedIn? Est ce que ça correspond à mon image? Et finalement, est ce que le message que je véhicule pas vraiment intéressé au monde audience. Est ce que ça va aider mon audience à finalement à avancer dans leur réflexion, avancer dans leur prise de décision, et ce, via les contenus que je publie et ce qu’ils viennent bien toucher mon avatar client, donc mon client idéal dans son cycle de décision et dans son cycle d’achat.

L’objectif n’est pas de publier du contenu pour publier du contenu des questions dans le chat, je voulais juste encore une fois vous m’en dire parce que je trouve cette conversation très intéressante. On dit que ce chef scénique, c’est quelque chose de nouveau, finalement. Moi, quand je vous entends parler, en fait, si je devais résumer, c’est connais toi même.

 

Comment se lancer sur LinkedIn quand on vient de débuter son activité ?

 

En fait, déjà au temps de la Grèce antique, on disait déjà du social selling, alors peut être pas forcément de manière très ésotérique, mais je trouve que c’est pas forcément un art qui est nouveau, que ce soit le copier writing.

L’écriture persuasifs comme le social, signe tête basse.

Je pour bien ce que tu es sec depuis longtemps. Même le copier writing, c’est pas ce c’est pas nouveau. Ça existait bien avant Internet et notamment comment faisaient certains, certains vendeurs pour réussir à vous faire acheter un produit uniquement en répondant avec un coupon réponse. Il fallait que la force de persuasion soit bien mise en place pour vous passer à l’achat.

 

L’utilité des applications d’organisation pour Christophe Piton

 

Voila, j’ai quelques questions à essayer de répondre en rafale qui sont en rapport avec ce que tu viens de dire justement sur l’aspect organisationnel. Est ce que tu suggères conseil des applications qui permettent de s’organiser sur la planification des création de contenu?

Ouais. Alors moi, j’aime bien utiliser l’application Trellu, l’application Traineaux. Pourquoi? Parce que ça vous permet, d’une part, d’avoir sur un même et unique tableau de bord l’intégralité de toutes vos idées, de tous vos sujets et également de pouvoir savoir à quel moment et à quelle étape vous allez établir le plan et la structure de vos contenus. A quel moment vous allez publier votre contenu et finalement archiver vos contenus? Ça, c’est plus pour l’aspect, l’aspect organisation.

Après d’autres outils comme d’Ocean, etc. Qui font aussi bien le job. Là, c’est en fonction de vos préférences. Sinon, pour programmer des contenus, il y a plein plein d’outils. Moi, j’ai déjà utilisé Hootsuite. Sinon, il y a d’autres outils comme Swallow.

Il y a d’autres outils comme Buffer, qui existent pour programmer vos contenus. La seule chose que vous pourrez pas encore programmer sur l’indigne, ce sont les carroussel, les carroussel pour l’instant. Les outils de programmation de contenu n’ont pas réussi à se connecter avec ce système. Certainement l’API de LinkedIn pour pouvoir délivrer des contenus programmés à l’avance. Mais après, j’ai quand même une petite à une petite parenthèse dès que programmer ses contenus à l’avance, c’est une chose. Ça permet de faciliter l’organisation, mais d’un point de vue algorithmique.

Si vous programmez vos contenus, admettons la pour lundi et que lundi, vous n’êtes pas présent dans l’heure, au moins dans l’heure qui suit la publication de ce contenu là pour interagir avec la communauté et pour mettre en place une routine en matière de gestion communautaire. Finalement, ça va envoyer un mauvais signal à algorithme. Pourquoi? Parce que vous n’aurez pas interagit avec les gens. Et il y aura juste une sensation que vous publiez programmer du contenu pour programmer du contenu.

Donc, si vous avez vraiment une stratégie de fédérer une communauté, de construire vraiment une réputation grâce justement à ces personnes là, il faudra quand même être présents, même si au programme et du contenu à l’avance.

Je vais essayer de résumer l’une des questions merci beaucoup pour tes réponses, Christopher. Il y a quelqu’un qui pose la question. Si j’arrive à saisir le sens, c’est jeunes.

 

 

L ’histoire du social selling

 

Qu’est ce qui est prioritaire, finalement, entre la prospection et la communication? On a vu que les trois piliers pour que la stratégie de social selling soit réussie à trois piliers l’optimisation de son profil, la stratégie d’acquisition et de la communication, selon toi, entre ces deux piliers qu’elle est parce qu’il un des piliers qui est prioritaire, alors la priorité va vraiment dépendre de là où tu en es aujourd’hui.

Comme je disais en amont, si tu viens de lancer son activité ou tu viens de lancer un nouveau projet, tu as besoin de trouver des clients. Et pour trouver des clients rapidement, il n’y a pas de mystère, il faut passer par la case prospection. Après, il y a plusieurs manières de faire de la prospection. Il y en a qui vont te recommander de la prospection agressive où finalement, tu balance un peu une pierre dans l’eau. Et il y aura peut être quelqu’un qui mendras, qui mordu à l’hameçon.

L’idée, c’est vraiment de première étape. Si tu as besoin d’avoir le client rapidement, c’est de prospecter ensuite en parallèle. Et rien ne t’empêche de commencer à mettre en place une stratégie de contenu modéré avec pas en appuyant une seule fois par semaine, en faisant une veille, une veille d’actualité, en essayant de trouver un format de contenu qui va être facile à mettre en place, mais qui va te permettre de commencer à être visible et être visible chaque semaine et de garder cette constance là.

Comme ça, une fois que tu auras stabilisé son activité, tu pourras intensifier ta création de contenu sur LinkedIn et sur les autres réseaux parce que tu auras plus cette pression psychologique de dire je dois impérativement trouver des clients. Si, par contre, tu as déjà une activité qui est stable et que tu as les ressources en interne pour déployer une stratégie de contenus, là, tu peux y mettre une intensité plus forte et par exemple, à produire 2 à 3 contenus LinkedIn par semaine, et de cette manière régulière, pour te bâtir une audience et devenir entre guillemets au fur et à mesure.

La référence sur ton secteur est bien entendu là. Ça demandera à une certaine organisation pour créer des contenus et maintenir cette cadence là.

Oui, surtout que des combats dans le monde dans lequel on vit sont, ils sont nombreux, dont on a besoin. Finalement, d’influenceurs, de lanceurs, d’alerte, d’experts pour pouvoir enrichir toujours plus et essayer de lutter contre certains méandres de la société dans laquelle on vit. Du coup, donc, vous n’avez pas le choix. C’est vraiment dommage parce que je voulais faire un lien. Je sais pas si vous vous souvenez de ce petit extrait. Encore une fois, Edouard Baer, que j’ai décidé d’inviter dans cette présentation où il nous parle un peu de ce métier de script.

Donc, finalement, Christopher, c’est un peu le script 2.0 des temps modernes. Mais étant donné que vous n’avez pas le son, je vais jouer. Je vais passer à la suite, mais c’était pour continuer ce lien et de se dire que finalement, il y a encore. Il y a beaucoup de choses à apprendre de notre passé et c’est ça aussi.

 

Le liens avec l’entreprise Back to Business

 

Back to business essaye de faire le pont entre les, voilĂ  entre ce qui se passe actuellement.

Est ce que les différents courants philosophiques? Du coup, je vous présente un client à nous que nous avons accompagné. Je voulais interroger Christopher sur ce sujet. C’était pour nous montrer en si peu l’accompagnons que Back to Business est capable d’apporter. Finalement, c’est une société de commerce international que j’ai accompagné sur une stratégie de social selling. Et c’est vrai que le colis est arrivé et a complètement chamboulé son activité. Et finalement, il s’est rendu compte qu’il avait à disposition un réseau de distribution et des contacts privilégiés avec des fabricants européens.

C’était son travail, en fait, de faire de l’import export, de vaisselle ou d’accessoires d’arts de la table. Et du coup, on a travaillé ensemble et on s’est rendu compte lors de nos dialogues que finalement, 80% de sa cible, de sa clientèle, c’était des chefs de cuisine et donc en règle générale, alors ça s’est peut être un cliché, mais je crois que d’un point de vue sociologique, c’est vrai. Les chefs de cuisine sont en grande majorité aussi.

J’ai des hommes qui sont derrière les fourneaux et du coup, on a décidé de développer un avatar et déjà de fonder un site Internet qui s’appelle les arts de la table et de développer un avatar qui s’appelle Eléna des arts de la table pour justement promouvoir cette cette gamme de manière à permettre à notre partenaire de pouvoir élargir son son bassin d’audience de manière la plus habile possible. Et du coup, la question que je voulais te poser, c’est quel conseil donneriez tu à Eléna des arts de la table pour développer, créer sa ligne éditoriale?

Oui, très bonne question. Ça va prendre des déjà plus ou moins les étapes que j’évoquais en amont. La première chose à mettre en place avant de développer la stratégie ligne éditoriale, c’est d’optimiser son profil.

 

 

Comment définir la priorité entre la prospection et la communication sur LinkedIn?

 

Pourquoi?

Parce que, tout simplement, c’est le centre névralgique d’une stratégie marketing linguine et dans une stratégie éditoriale. Les gens sont souvent intéressés par part par ses contenus et vont généralement visiter son profil LinkedIn avant de la contacter. Et si le profil ne véhicule pas une bonne impression, ça peut créer des frictions et réduire les chances d’être contacté. Donc maintenant, pour la phase éditoriale, ça va être de créer un calendrier éditorial pour réagir aux événements, par exemple, de son secteur d’activité.

Comme j’évoquais déjà en amont, de poster régulièrement du contenu et vraiment avoir une constance sur le long terme. Si, par exemple, le post deux fois par semaine à son profil LinkedIn sera vu deux fois plus que si elle possède de façon totalement irrégulière dans son objectif, c’est vraiment d’essayer d’atteindre un rythme de publication allant de 10 à 20 publications par mois. Déjà, quand vous savez le nombre de publications que vous avez publiées dans les mois, vous avez déjà anticipé la création de contenu.

Pour ces publications là, si vous fonctionnez à la semaine, vous pouvez très bien anticiper, préparer vos contenus la semaine précédente ou si vous voulez fonctionner en lot. Et et du coup, produire ces 10 à 20 contenus à du mois, vous pouvez très bien vous prendre et libérer une demi journée à une journée. Plutôt compter une bonne journée pour créer tous ces contenus là et là. Tous vos contenus. Pour le mois, vous pourrez les programmer dans votre logiciel de dessin ou outil de programmation de contenu et être présent au moment où vous allez publier le contenu pour interagir avec la communauté.

L’optimisation de son profil LinkedIn

 

 

Bien entendu, sur le mois de publication, ce sera intéressant qui respecte ce que j’appelle un ratio 3:2, c’est à dire publier trois contenus natifs, donc partage de conseils, d’astuces, d’expérience professionnelle, voire des anecdotes croustillantes. Donc là, quelques idées de sujets en vrac pourraient par exemple présenter de nouvelles pièces, ce soit des assiettes, des verres. Bref, tout ce qui est accessoire autour des arts de la table pourrait aussi, par exemple, faire une sorte de sondage ou utiliser un visuel avec la possibilité de réagir avec un avec un like ou avec un bravo, par exemple, et de voter entre deux styles de produits d’un même produit pour finalement valider auprès de son audience, de son public.

Qu’est ce qui va plaire le plus aux potentiellement proposer après une gamme de produits pour la saison et la saison qui suit? Elle pourrait aussi très bien expliquer l’histoire derrière la création d’une nouvelle collection ou de la création de son entreprise, qui est les arts de la table. Comment elle en est venue à créer cette société là? Quelle est cette histoire? Un peu comme ce qu’on avait vu ou ce que vous avez pu voir, peut être avec Justine Otho, qui a créé son déodorant naturel.

Elle pourrait également montrer les coulisses ou les réflexions de son quotidien. Elle pourrait également faire même une vidéo très, très courte. Un timelapse, par exemple, d’un produit parce qu’ils sont en train de réaliser une nouvelle vidéo de présentation d’un produit ou de la société, a aussi, par exemple, publier le portrait d’un de ses collaborateurs ou faire même des interviews d’artisans avec qui elle travaille pour concevoir ses produits d’arts de la table.

Elle pourrait même casser des idées reçues sur son métier, sur son secteur d’activité. Chose qui est intéressante parce que là, il y a toujours toujours des préjugés sur n’importe quel métier, que ce soit sur les arts de la table, que ce soit sur l’indigne, que ce soit dans la relève, dans la rédaction de contenu, que ce soit dans le jardinage, l’automobile, peu importe. Et l’idée, c’est vraiment de casser des idées reçues pour créer des postes qui sont un peu plus clivant et finalement, de créer un débat sur un poste l’indigne.

Et enfin, on pourrait par exemple réaliser des micro interviews avec des chefs de cuisine qui sont satisfaits de ces produits. Encore une fois, pour gagner en crédibilité et avoir aussi de la preuve sociale en disant si ce chef de cuisine là a été satisfait de ces produits, s’il y en a d’autres qui voient son contenu, ils pourront peut être la contacter pour pour travailler avec elle. Donc, il y a cette partie là. Là, on est dans le ratio 3.

L’utilisation du ratio 3 : 2 pour augmenter sa visibilité sur LinkedIn

 

 

Il y a ensuite le ratio 2 et 2, c’est à dire maintenant qu’elle a choisi 3 contenus natifs. Parmi tous les exemples d’un, vous donnez de choisir deux autres contenus natifs qui passent juste en rapport avec l’actualité de son secteur d’activité. Donc là, comme je vous l’avais évoqué en amont, il y a différents outils, comme en de public ou Google Alertes. Du coup, qui vous? On lui a envoyé des des, des notifications ou pour avoir des idées de sujets, des sujets sur Google en lien avec l’actualité de son secteur d’activité et par exemple, il pourrait rebondir sur les actualités ou donner son opinion sur les tendances de la verrerie pour l’été 2021.

En gros, vraiment essayer de récupérer une actualité chaude du moment de son secteur d’activité. On a fait trois, on a fait 2 et maintenant 1, c’est à dire bas. Maintenant, dans sa stratégie de contenu, avoir un contenu qui allons faire la promotion de ses produits parce qu’il faut bien aussi vendre, mais le faire de manière subtile.

Pourquoi? Parce que si on fait que des postes promotionnels, ça laisse les gens. Et qui a envie de dire ça? Personne. Par exemple, on pourrait très bien parler des coulisses de la fabrication d’une assiette et indiquer à la fin de son post LinkedIn qu’on peut se le procurer sur son site Internet, sur son site ecommerce, etc. Ce qui permet d’apporter finalement de raconter une histoire autour de la fabrication de ce produit là et de teasé et de donner encore plus envie à l’audience de se procurer.

Donc, par rapport à cette idée de ratio 3:2 1, l’idée, c’est vraiment d’avoir 80 de vos contenus qui sont vraiment orientés valeur pour votre audience et 20 pour cent qui vont être plus orientés sur faire la promotion de vos produits. Et ça permet de garder un certain équilibre.

Super! En tout cas, merci pour ta réponse a été très riche. Même moi, ça m’a donné beaucoup d’idées pour moi, pour ma propre marque. Donc, merci pour la qualité de cette réponse. On va enchaîner un petit peu parce qu’il nous reste un quart d’heure sur cette partie là. Et puis, à 15 heures, on va passer sur l’otite où Christopher va s’exprimer sur des axes d’amélioration possibles, en fait sur des postes qui ont été publiés par quelques uns de nos partenaires.

 

Existe t-il finalement une structure de post qui me permet de faire décoller ces posts sur LinkedIn?

 

 

Une structure de storytelling qui fonctionne très bien doit répondre à trois questions. D’une part, quelle était la situation initiale du héros de mon histoire?

Donc le héros de votre histoire, ça peut être vous? Ça peut être un client, ça peut être un partenaire. Quels en seront ensuite été les problèmes que ce héros a rencontré? Donc ont été les problèmes qui a rencontré le client, qui a rencontré les partenaires et en quoi sa situation est bien meilleure qu’avant, bien meilleure qu’avant. Grâce potentiellement à votre intervention, grâce à votre service, grâce à vos produits extras, ça va permettre en fait de vous aider à structurer votre histoire.

Maintenant, allons un petit peu plus loin. L’idée, ça va être de structurer ensuite cette histoire vraiment en cinq étapes. La première, c’est comment on crée un poste. C’est de capter l’attention et comment Katel tensions. C’est avec une accroche qui va être persuasive que vous allez définir votre fil d’actualité. Vous allez avoir un tas de publications, c’est à dire comment moi, je me démarque parmi cette masse d’informations, c’est de capter l’attention et pas de manière ultra exagérée, avec des majuscules de partout, des emojis de partout, des e-mails, des estimations partout.

Ça, c’est plutôt criés.

Ce n’est pas, c’est n’est être, ce n’est pas capter l’attention de manière personnelle. L’idée s’arrête finalement, par exemple, de créer une accroche en utilisant des bons mots. Il faut savoir que les premiers mots vont être décisifs. Alors autant oubliez par exemple aussi les bonjour à tous ou chers réseaux, comme on le voit souvent aussi lors de partages de CV d’étudiants. L’idée, c’est plutôt de profiter de cet espace là et d’adapter la technique d’un certain Kopitar qui s’appelle jeu Superman, et de commencer vos posts avec une phrase ou des mots très, très courts du style.

Ça y est, c’est fait. J’avoue, j’ai eu peur ce qui est, ce qui permet finalement de capter l’attention. Parce que ça y est quoi? C’est fait, mais qu’est ce qui est fait? J’avoue. Mais j’avoue que j’ai eu peur. Mais j’ai eu peur de quoi? Et du coup, ça permet de créer une sorte de mystère et de capter l’attention et de vous différencier de tous les autres posts qui vont avoir des accroches à rallonge et qui, finalement, ne sont pas super bien capter l’attention.

Pourquoi je vous dis ça? Parce que finalement, quel est le but du n’accrochent? Quel est le but des premiers mots dans un post? Ben, c’est d’inviter le lecteur à lire la suite.

 

 

Le succès sur LinkedIn des posts sous le format storytelling

 

 

Votre objectif dans un post LinkedIn, c’est finalement à chaque ligne, à chaque phrase, de vous dire est ce que cette phrase là me donne envie de lire la phrase suivante et ainsi de suite jusqu’au bout? Si un moment de temps vous relisez votre post et vous décrochez dans, par exemple, en plein milieu d’un texte, c’est que finalement, il y a quelque chose à rechanger.

Peut être qu’il faut raccourcir la phrase. Peut être qu’il faut vous adresser au lecteur sous forme interrogative. Peut être qu’il faut insérer un verbatim qui va être, qui va être plus plus impactant. Donc, pour vous donner un exemple concret d’une accroche. Vous pouvez très bien vous envisager de poser une question intrigante. Par exemple, et si travailler 14 heures par jour était la bonne solution? Oui, c’est vraiment intrigant parce que 14 heures par jour, c’est un truc de dingue qui qui travaille 14 heures par jour.

Et là, je dis le contraire en disant si je travaille 14 heures par jour était la bonne solution. Et du coup, ça crée finalement du mystère. On a envie d’en savoir plus et ça donne envie de lire la suite du concours. Un autre exemple, ça poëte, c’est hacks de productivité vous font perdre du temps. C’est antinomique des axes censés aller vers la croissance. Et finalement, je viens de dire que ça fait perdre du temps. On s’est parlé dans votre cerveau, il y a un bug et vous vous dites wow!

Qu’est ce qu’il a envie de me dire? Du coup, vous avez envie d’en savoir plus. Donc ça, c’est pour la croissance. La première étape, la deuxième étape, c’est ensuite la situation. Raconter la situation initiale initiale, pardon de votre histoire. Donc là, si tu pouvais passer à la à la slide suivante, se plaît Watney à Ludovic, pour ce soit plus concret avec l’exemple. Voilà donc moi, mon n’accrochent était ici. J’ai enfin reçu Manconi, donc pareil.

On avait estimé Codi, de quoi il s’agit, etc. L’attente était longue, mais ça en valait la peine. C’est pareil. Je suis toujours dans mon n’accrochent et je cultive le mystère. Ensuite, j’installe ce que j’appelle de la situation initiale, donc la deuxième étape. Rien ne prédestinait à écrire un livre, car fin 2019, j’étais occupé à créer des vidéos sur ma chaîne YouTube et créer un tel contenu sur l’Indy. Ça, c’est vraiment la situation initiale.

Ensuite vient un élément perturbateur. La troisième étape de l’histoire, c’est là où, finalement, il y a un basculement qui se crée dans l’histoire et un basculement qui va venir perturber le héros, en l’occurrence le héros de l’histoire. C’était moi ce que je parlais de ma propre histoire, mais ce n’est pas très bien vous raconter l’histoire d’un client, raconter l’histoire de quelqu’un d’autre.

Peu importe.

Et du coup, l’élément perturbateur, c’est. Et puis un jour, début janvier, je reçois un email qui vient bousculer ma vie. La proposition de créer un livre pour une grande maison d’édition Perturba. Ensuite, il s’ensuit des péripéties, donc là, finalement, le héros va entrer dans une suite d’obstacles, une suite d’aventures qui vont venir rythmer finalement sa vie.

Donc, depuis que j’ai écrit 55 000, mais ça ne s’est pas passé comme prévu. Typiquement, j’explique que j’ai failli abandonner, car j’ai vécu beaucoup de hauts et bas émotionnels. J’ai vécu le syndrome de la page blanche de l’imposteur. J’ai dû refuser du nouveau contrat et ralentir ma fréquence de publication. Finalement, j’ai trouvé un bon format qui carroussel, etc. Comment cette partie de péripéties d’obstacles?

Ça va?

C’est vraiment à cette étape là que vous allez intégrer les informations capitales de votre post. C’est vraiment votre cœur de contenu. C’est là où tout se joue et là où, finalement, les meilleures infos vont être distillées. Et enfin, la cinquième et dernière étape, c’est le héros a vécu des péripéties. L’idée, c’est de partager une leçon, de partager une question silices dans l’objectif de intéresser le lecteur à venir laisser un commentaire ou à agir en cliquant sur un lien.

Moi, je termine à la fin de ce postulat, de cette histoire, avec justement un appel à l’action pour indiquer que les personnes maintenant peuvent télécharger mon livre parce que j’ai réussi à finalement être, après ces péripéties là, à écrire mon livre et je suis heureux qu’il soit publié et vous pouvez aller le voir et le précommander sur les bonus en cliquant sur ce lien. Donc, voilà un peu comment fonctionne globalement la structure d’un contenu.

 

 

 

L’objectif d’un post LinkedIn pour Christopher Piton

 

Mais ce qu’il faut savoir quand on publie un contenu sur LinkedIn, si il n’y a pas de haut ou de bas émotionnels, clairement, on s’ennuie. Et le problème, et je le disais encore dans une publication d’aujourd’hui, parce que LinkedIn vient de changer en train d’apporter des modifications. Aujourd’hui, il n’est pas non plus faire que 1300 caractères. Ils vont en faire 3 000, donc, c’est à dire que les posts LinkedIn sont de plus en plus longs et il y a pas mal de personnes qui disaient finalement, les posts vont être à rallonge en passant.

 

 

  Publication LInkedIn: La prise en compte des émotions du lecteurs : un facteur clefs de visibilité

 

Et moi, ce que je disais, c’est que le problème, ce n’est pas la longueur du contenu. C’est qu’à partir du moment où on s’ennuie à mourir que la longueur du contenu est problématique. Si vous réussissez à capter l’attention de votre audience de A à Z, peu importe la longueur du contenu, vous réussirez à convertir un petit peu comment je fonctionne pour structurer un contenu. Bien entendu, il existe d’autres manières de structurer un contenu, mais en tout cas, c’est la plus la plus basique, c’est à dire à partir du n’accrochent qu’est la situation initiale du héros.

A quels éléments qui a perturbé cette histoire? Quelles sont les aventures et les péripéties qu’il a vécues? Et finalement, quelle est la morale de l’histoire? Ce qui vous permettra d’avoir une structure cohérente et de garder l’attention de votre lecteur jusqu’au bout de votre contenu.

Bryan Moi, j’aime beaucoup ta phrase. Ce livre n’est pas le mien. Je devais écrire pour vous et la manière dont huit livres dont tu t’arrives à mêler ton public, cette aventure éditoriale. Je trouve ça vraiment fantastique. Du coup, on va, on va passer à la suite. Il reste des questions de fond. Je ne sais pas si on y reste, donc il est plus ou moins trois heures. 14H58 Pour être exact et on a deux grandes questions de fond.

 

 

Communication Linkedn : Comment réussir à capter l’attention de ses lecteurs ?

 

Je ne sais pas comment on va réussir à y répondre de manière dans les temps. Donc, je te lance sur comment trouver sa tonalité.

Alors, la question qu’on me pose le plus souvent, c’est moi, j’ai ma propre personnalité, mais finalement, est ce que je dois rester moi même sur l’indigène? Ou est ce que je ne sois pas plutôt un rester ultra sérieux? Parce que sur LinkedIn, il faut avoir une certaine posture sur LinkedIn. Et faute vraiment professionnelle, il y a des gens qui disent attention, on est en train de Facebook. De ce Facebook prisé, etc.

Etc.

Moi, ce que je recommande, c’est d’arrêter d’écouter tout le brouhaha ambiant et vraiment d’utiliser un exercice concret pour savoir quelle tonalité vous vous allez pouvoir adopter sur LinkedIn et sur les autres plateformes, en l’occurrence sur les lignes, parce que il y a quand même beaucoup de blocages. Et surtout, encore aujourd’hui, les gens ont la sensation que la plateforme est trop corporate, trop lisse et qu’il faut vraiment rester corporate et vice, ce qui est totalement faux. En faites moi ce que j’aime bien faire, c’est un exercice qui fonctionne comme un, comme un graphe radar, c’est à dire vous avez un axe horizontal et un axe, un axe vertical et un axe horizontal.

Et sur chaque et du coup, sur chacun de ces sept branche de cet axe là, vous allez noter de 0 à 10 chaque axe. Donc, il y a un premier axe qui est un axe académique. C’est finalement est ce que mon écriture? Aujourd’hui, j’entends Tremblay, aujourd’hui est académique. Ou est ce qu’elle est plutôt décontractée? Aujourd’hui, quand vous écrivez du contenu, vous êtes. Vous avez une tonalité qui est plutôt cher, monsieur. Merci de lire mon contenu.

Bonjour, cherche, etc. Ce qui est académique ou est ce que vous êtes plutôt décontracté en mode wesh mes soldats aujourd’hui, on va aborder tel sujet, etc. Donc là, vous allez vraiment entre deux extrêmes ou est ce que vous vous placez de 0 à 10 sur cet extrême là, sachant que zéro, c’est académique et 10 c’est décontracté? Voilà vous. À vous de poser le bon curseur sur ce texte là. Maintenant, sur le deuxième axe qui est l’axe en jouer.

Et si vous êtes plutôt naturellement enjoué ou plutôt très calme, est ce que vous êtes un Cyril Hanouna en mode hyper enthousiasme qui gigote de partout? Ou est ce que vous êtes plutôt un Doc Gynéco ultra posé, ultra calme ou encore un grand corps malade avec la voix ultra suave et ultra calme, ultra posée sur 0 à 10? Ou est ce que vous vous posez sur cet axe là? Ensuite, le troisième axe est l’axe humoristique. Est ce que vous êtes plutôt de nature humoristique ou plutôt de nature sérieuse?

Pareil. Ou est ce que vous vous positionnez entre ces deux extrêmes? Et enfin, le dernier axe qu’il l’axe narratif est ce que vous êtes? Vous aimez raconter des histoires captivantes à votre interlocuteur? Vous préférez plutôt aller à l’essentiel de manière ultra factuelle. Est ce que vous êtes plus un Stéphane King qui aime bien raconter des histoires et et romancée des choses? Ou est ce que vous êtes plutôt un Sheldon Cooper de du personnage de la série The Big Bang Theory où finalement, vous vous êtes ultra factuel avecune approche vraiment directe, mathématique, scientifique et raconter des histoires?

Vous n’avez pas que ça à faire les pauses pour qu’il soit court, etc. Pareil. A quel niveau vous situez sur cet axe là? Et une fois que vous avez mis le curseur sur chaque point de ces axes, typiquement, prenez quelques minutes pour le faire. Et une fois que vous avez tracé finalement chaque point et réunit chaque point de ces axes là, vous devez vous poser maintenant la deuxième question. Je sais quelle est finalement? On va dire ma voix actuelle, les curseurs de ma voix actuellement, mais ce que j’aurais pas envie finalement d’axer maintenant le curseur un peu plus sur le côté humoristique où placer le curseur sur raconter un peu plus d’histoire dans mes publications.

Et finalement, vous allez ajuster ses points sur le graphe et là, vous allez dans l’autre. Et là, votre objectif, ce sera dans vos prochaines publications de vous rapprocher plus de la tonalité que vous désirez obtenir. Voilà un petit peu comment je procède pour déterminer le ton dans ses contenus. Bien entendu, ça évolue. Ce n’est pas figé. Moi, ma tonalité a évolué. J’étais assez sérieux et de plus en plus de je suis, j’ai tendu vers le côté décontracté, humoristique et parce que ça colle à ma personnalité.

 

 

 

 

Communication Post LinkedIn : Comment trouver sa tonalité et partager sa personnalité ?

 

Encore une fois, la voix évolue et notre confiance sur la plateforme, notre aisance sur la plateforme lorsqu’on crée du contenu, évolue également. Ces idées, c’est vraiment de schématiser les choses et d’y aller étape par étape.

Ta réponse me plaît beaucoup. Il me rappelle un film que vous avez tous vu, Le cercle des poètes disparus, avec cette approche de revenus, Lilianne, ce qui lui met en avant le fait qu’il n’y avait absolument pas de règles. Et de l’autre côté, il y avait l’opposition qui, elle, disait qu’on évalue la beauté d’un texte ou de selon des critères vraiment très presque algorithmiques. Et du coup, LinkedIn nous a forcé un peu à changer notre manière d’écrire de manière à séduire à la fois un public, mais également, et ça, ça va me permettre de faire la jonction avec la prochaine question et sur lesquels les réponses sont présentes sur notre espace de formation de back to business.

 

 

 

 

Communication Post LinkedIn :

Ne pas rester sur ses acquis et évoluer en même temps qu’évolue LinkedIn

 

Qui est l’algorithme dans tout ça? On a une vidéo qui est dédiée sur cette question là parce que c’est une question vraiment purement technique. Aujourd’hui, on va rester focus sur l’humain, sur l’émotion. Et pour ceux que ça intéresse peu, je les invite à rejoindre notre parcours de formation, devenir expert en ligne de manière à pouvoir justement gagner en compétence sur. C’est sur ces aspects là et c’est vrai, que ça a du poids et de l’importance pour permettre à un poste de s’envoler et de débiter le poids de la gravité.

Du coup, il y avait encore une dernière question peut être oui, rapidement sur ce point, puis après, on va passer sur sur le parce que c’est vrai que ça a été très prolifique en termes de production sur une cuisine et on est tous sujets justement à la procrastination. Est ce que t’as un remède miracle, une potion magique pour lutter contre ce phénomène là?

 

 

 

 

 

Communication Post LinkedIn :

 

Quel rôle joue l’algorithme de LinkedIn sur les publications ?

 

Alors moi, je n’ai pas de remèdes ni d’astuces miracles, malheureusement, parce que je ne suis pas trop adepte de ces de ces recettes là, mais plutôt d’établir un bon système, un bon processus pour lutter contre la procrastination, tout simplement. J’ai mis en place une routine. Donc après, il y a, il n’y a pas de routine miracle comme on peut entendre partout. C’est simplement de poser les choses et d’y aller étape par étape. Jour après jour et semaine après semaine, pour avoir des résultats escomptés et toujours réfléchir.

Je dois être vraiment constant. Est ce que je fais? C’est que tous les matins, j’avale Moncrabeau. Alors du coup, c’est Wasilla que sa fille est complètement arrachée. En fait, non, c’est pas quelque chose comme ça. C’est que l’écrivain brillant Tracy 10es a avalé un crapaud vivant dès le matin et rien ne vous arrivera de pire. Le reste de la journée, on Kwango pour faire simple, c’est que je dois réaliser ma tâche la plus urgente et importante dès le matin.

 

 

 

 

 

 

Communication Post LinkedIn :

Comment apprendre à apprivoiser  l’algorithme de LinkedIn s’il n’est pas en notre faveur ?

 

Pourquoi? Parce qu’il n’y a rien de plus futile, finalement, que d’accomplir efficacement une tâche inutile. Donc, en gros, l’idée, c’est que tous les matins, soit je vais vraiment produire mes contenus sur LinkedIn ou finalement m’attarder à un projet créatif client ou à la préparation de mes coaching clients. L’objectif, c’est que chaque matin, je me concentre sur ces tâches là qui va vraiment avoir un impact sur mon business et pas de me dire tiens, je vais faire ces tâches là qui a l’air d’être la plus facile et de la commencer dès le début de la journée parce que vous allez monopoliser votre énergie et votre concentration sur des micros tâches.

Et ce micro teslas ne vont pas essentiellement avoir un impact, un business sur le long terme. Donc, oui, c’est comme ça que je fonctionne de base. Et ensuite, une fois que le matin, j’ai réalisé ces tâches les plus importantes et urgentes, généralement après déjeuner. Donc vers midi 30.

Donc, c’est là que mon rituel démarre avec une routine d’environ une heure. Bien entendu, moi, ma routine a du nerf parce que j’ai déjà une certaine visibilité sur la plateforme. Donc j’ai beaucoup plus de commentaires à gérer, des messages privés, etc. Vous peut être que 15 à 20 minutes, voire 30 minutes suffiront au démarrage et après, ça pourra éventuellement s’intensifier en fonction de la visibilité. La notoriété que vous allez acquérir sur le long terme? Typiquement, après manger à midi 30, j’installe cette routine là parce que je viens l’ancrer avec une routine existante, c’est à dire je morhange.

Et après manger, j’ai ma place, ma routine linguine avec un café, par exemple. Vous, ça pourrait très bien après. Après séance de sport, ça pourrait être très bien après votre lecture d’actualité matinale. Bref, peu importe. L’idée, c’est d’être présent sur LinkedIn et de mettre en place cette routine quotidienne. Qu’est ce que je fais finalement? Pendant une heure? Pendant une heure. Je relis et publie mon contenu du jour. Voilà. Si, si je veux ou s’il est déjà programmé, vous n’avez pas besoin de le faire.

Et du coup, il est publié. Donc ça, c’est si. Ce jour là, je dois publier un contenu parce que quand je suis pas tous les jours, les autres jours, je ne vais plus m’attarder à créer des commentaires, à publier des commentaires et à interagir avec la communauté en messages privés. Ça, ça prend 8 minutes pour lire le contenu. Ensuite, je vais gérer toutes mes demandes de contacts entrantes, accepter les invitations, envoyer un premier message pour connaître la raison de cette demande de connexion.

Et globalement, ça me prend près de 9 minutes. Donc là, on en est déjà à dix minutes. Ensuite, je réponds à tous les messages privés. Donc là, ça dépend des conversations en cours et des conversations que je vais que je vais engendrer. Mais globalement, ça ne prend que près de vingt minutes. Donc, on est à 30 minutes. Ensuite, je vais gérer tous les commentaires. Donc là, les commentaires sur la publication du jour, si je publie ce jour, les gérer, les commentaires sur les anciennes publications et gérer les commentaires sur les publications des autres parce que les données que je publie des commentaires sous les publications d’autres personnes.

Et généralement, il y a des conversations qui se créent. Donc je vais aussi venir, continuent les conversations sur ces publications là. Ça me prend aussi vingt minutes. Là, on est à 50 minutes et enfin, je vais publier des commentaires constructifs sur les publications d’autres personnes. Des personnes qui ont mis du contenu sur des sujets qui m’intéressent, généralement en lien avec LinkedIn et le marketing. Et là, ça va me prendre à peu près 10 minutes.

 

 

 

 

 

 

 

Communication Publication LinkedIn :

Quelle est l’utilité d’instaurer une routine ?

 

 

Donc, globalement, je me prends une heure. Parfois, ça dépasse un peu. Bien entendu, ça dépend si la publication a cartonné ou non. Et du coup, pour vous, ça, ça pourrait vraiment prendre littéralement 20 minutes. Tout dépend encore une fois de là où vous en être actuellement dans votre dans votre activité sur LinkedIn. L’objectif étant en ayant cette routine là et en ancrant cette routine avec une habitude déjà existante de lutter efficacement contre cette résistance et cette procrastination.

OK, mais désormais, on a, on a les clés du château, on on est capable de pouvoir produire ses propres. Et de les optimiser grâce à Grâce à tes conseils, je te propose désormais de passer un deuxième temps comme je l’avais mis en avant. C’est vrai que peut être que vos postes ne seront pas mis en avant, mais je pense que comme le cas d’école qu’on a montré avec les arts de la table, ça peut être extrêmement instructif pour vous de regarder comment Kristoffer analyse.

 

Mise en situation avec une analyse concrète de publication

 

Quelle est sa carte de lecture? Quels sont les conseils de manière à pouvoir vous même aiguiser votre plume? Parce que les difficultés que les autres rencontrent, forcément, vous allez les rencontrer de la même manière. Donc là, l’idée, c’est d’essayer de prendre des postes et que Christopher fasse un pas ça. Nous dites donc donc rester, rester parmi nous, ça va être encore une fois très riche et très instructif. Donc, on est parti sur le premier post, le premier post.

Encore une fois, donc, c’est pas ce qu’ils sont qui ont été mis en avant. Qui? Que peu de personnes qu’on accompagne, ce sont tous nos partenaires. Et donc là, le premier post, c’est le post de Prestance qui est une agence de presse. Du coup, je voulais ta petite lecture du dessous de ce post.

 

 

 

 

 

 

 

Communication Publication LinkedIn :

La solution pour lutter contre la procrastination

 

 

Ouais, alors premièrement, quand? Quand je lis l’accroche pour être visible dans la presse. Mais vous n’avez jamais osé faire le premier pas. A mon sens, c’est déjà une bonne a une bonne accroche. Par contre, quand je lis la suite, laissez vous tenter par une agence RP. On s’occupe de tout. Contactez nous avec un lien vers une page de contacts. A mon sens, il manque du fond. Pourquoi? Parce que l’approche, elle, est un peu trop commune de ce qu’on a l’habitude de voir.

C’est clair que moi, je verrais bien ce type de contenu plutôt pour une publication sponsorisée qui est très, très courte. Mais pour une publication sur LinkedIn de manière classique, je recommanderais plutôt une autre approche, plus orientée avec le storytelling et du coup, ce que j’avais évoqué en amont. Donc là, ce qui aurait été intéressant, c’est que finalement, ma prestance m’explique en quoi moi, si je suis, si je fais partie de cette audience, de leur audience, qu’est ce que j’ai à gagner à être visible dans leur presse?

Je n’ai pas d’information. Ce qui serait intéressant, c’est de me dire aussi quels sont les bénéfices finalement à faire appel à eux au lieu de faire appel à un concurrent. Ça serait tout aussi intéressant de le mentionner. Et par exemple, ce qui aurait été intéressant aussi, c’est moi.

 

 

 

 

 

 

 

Communication Post LinkedIn :

L’importance de l’accroche dans un post

 

 

Ce que j’aurais aimé, c’est lire une anecdote croustillante d’un client qui a eu d’accueillantes, de prestance, qui a eu vraiment des résultats dans La presse et j’en suis sûr qu’ils en ont.

Et ça aurait été vraiment très, très intéressant de raconter cette histoire là pour me faire un peu plus saliver et me montrer que je peux faire confiance à prestance parce qu’ils ont eu des résultats.

Donc, un dernier point il y a un lien qui est, qui est présenté, qui est utilisé. Et moi, ce que j’aime bien faire parce qu’on entend souvent que publier des liens externes sur LinkedIn, ce n’est pas bien.

 

L’intérêt du référencement naturel

 

D’une part, oui, parce que l’intérêt de LinkedIn, c’est de retenir un maximum des utilisateurs sur sa plateforme. Moi, ce que je recommanderais, c’est d’adopter une stratégie que j’ai.

Que recommande REMP Phishing, qui est le fondateur d’une grosse agence de référencement naturel et subsista et lui? En gros, l’idée, c’est de préconiser. C’est dans une stratégie éditoriale classique. Admettons que vous publiez trois post par semaine ou même deux passes par semaine. C’est de se dire OK. La première publication vous ne publie pas de liens externes, vous montrer patte blanche. À la rigueur, vous pouvez très bien inviter les gens à aller sur aller dans la rubrique commentaires pour cliquer sur ce lien externe.

Ça permettra de finalement être moins pénalisé par algorithme. La deuxième publication de la semaine pareil pour montrer patte blanche. Vous mettez pas de liens externes dans le poste directement. Vous mettez par exemple aussi un commentaire ou par exemple pour vous très bien dire aux gens allez voir sur mon profil.

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment organiser son profil LinkedIn ?

 

Le lien est directement dans la rubrique Sélection de contenu assis et enfin en troisième étape. Là, vous allez pouvoir publier un post avec le lien dans le Post et se postulée avec le lien sera moins pénalisé parce que vous aurez bénéficié de la traction des deux postes précédents sur lequel vous aurez montrer patte blanche. L’idée, c’est vraiment ça, c’est d’essayer de gagner la confiance. On va dire algorithme et du coup, d’alterner comme ça deux publications sans lien dans le Post et avec une publication à rien dans le Post, ce qui permettra de maximiser votre visibilité et votre taux de conversion sur 1 sur le lien en question.

Donc, voilĂ  pour mon analyse.

Pour le post de prestance super.

Je pense que Véronique. Ont pris bonne note, s’est mis dans le Tchad, c’est bien Véronique Martin qui est présente sur la photo. Du coup, on continue avec désormais le poste de Lucie Martin qui, encore une fois, travaille dans le cadre d’une Nessie, une société de commerce international, et qui a créé la structure Exportons de manière à aider les sociétés bretonnes spécialisées dans les delicatessen. Pourquoi aider ces entreprises à promouvoir leurs produits à l’international? Donc, encore une fois, je suis curieux de connaître tout le monde. On retient de lecture.

 

Est-il intéressant de partager des publications et des pages sur LinkedIn ?

 

Alors là, quand on regarde le contenu, on voit que Lucie rebondit sur la partage d’une publication. Donc là, on voit a qu’à repartage la publication de cette page entreprisesla le Mossis et finalement, elle vient extraire une information pertinente ou en tout cas ajouter un contenu en gros une valeur supplémentaire en utilisant des chiffres.

Puis finalement, elle invitait cette cible là, en l’occurrence les artisans et les TPE, à a potentiellement les accompagner dans leur stratégie d’export. Donc, en soi, c’est ça, c’est bien construit.

Par contre, même si l’approche est bonne, l’idée s’est arrêtée. Pourquoi pas de de ne pas forcément partager le poste de la page entreprise? Le Mossis, mais directement de créer ce contenu là et mentionné la page entreprise. Ça a été potentiellement intéressant étant donné que le repartage, une publication d’un point de vue algorithmique, a quand même moins de poids aujourd’hui que de créer un contenu brut directement sur LinkedIn.

 

Se baser sur des textes courts et concret qui vont droit au but pour ne pas perdre son lecteur

 

Ensuite, par rapport à la comme je l’explique en amont, ça aurait été intéressant de faire une accroche qui est beaucoup plus courte et beaucoup plus percutante, même s’il a en soi c’est intéressant parce que tu utilise des chiffres et que finalement, ça reste quand même bien construit.

Mais ça reste quand même encore un peu trop long à mon sens.

Et Taku? Très bien, par exemple, avoir une autre accroche du style. Seulement un quart des entreprises exportatrices bretonnes ont recruté un pro de l’export. Et après, tu peux très bien utiliser un emoji comme ça un peu à peu, un peu après, ou Witney en tout cas. Donc, voilà un exemple d’accroche d’Apu. Très bien avec une autre accroche du style je n’y croyais pas. Donc sur la 1ère ligne, ensuite, tu vas à la ligne et tu continues en disant la fonction export est oubliée dans les entreprises exportatrices bretonnes et du coup, ça permet encore plus de capter l’attention que d’avoir justement une accroche classique sur deux lignes qui est un peu trop longue.

Donc, voilà pour l’accroche. Ensuite, tu pourras très bien continuer en partageant ton point de vue sur les conséquences de ne pas faire appel à un pro ou en tout cas, d’embaucher un pro de l’export lorsqu’on lance dans une activité internationale. Puis, par exemple, partager un cas concret d’une entreprise qui s’est déjà lancée grâce à l’une des aides. Tu explique ici, c’est à dire? Finalement, on peut se lancer dans une activité internationale avec différents dispositifs d’aides publiques comme les chèques relance export, assurance prospection.

Ça, c’était bien d’avoir un cas concret, rapide sur sujet, justement, cet aspect là que tu cites.

 

L’importance des commentaires sous les publications LinkedIn. Une réunion sans frontière

 

Et enfin, j’aurai revu l’appel à l’action en disant tout simplement vous vous envisagez de vous lancer à l’export? Parlons en commentaire. Au lieu de dire juste vous êtes artisan, stage peut vous aider parce que même si c’est un peu plus subtil, c’est moins agressif que de dire Bah, du coup, je vais vous aider, contactez moi à tel numéro. Ça reste quand même une approche qui est tout de même que commercial. Donc je préfèrerais avoir cette approche plus subtile en disant vous envisagez de vous lancer à l’export, par exemple en commentaire.

Ça permettra d’une part de Boucetta publication parce que du coup, les gens se seront manifestés manifester dans les commentaires et du coup, ça va booster un peu plus la visibilité de telles publications et tu pourras très bien. Ensuite, lorsque ces personnes là où interagi dans les commentaires, pourquoi pas continuer la conversation à messages privés et entretenir le dialogue? Et pourquoi pas voir si une opportunité commerciale suite à cet échange?

Super, merci beaucoup pour cette étude. Littéraire. Encore une fois, je n’ai malheureusement pas la possibilité de prendre des notes, mais ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. On va continuer cette présentation avec Fabio Rubino qui, lui, est le fondateur et CEO de Plumitif, une agence spécialisée dans l’événementiel. J’ai eu la chance de rencontrer sur le parcours devenir expert en Souchez Selling et qui est également présent à l’écran. Donc, voilà tuyauter à pouvoir bénéficier du vrai de ce retour en live.

 

Mettre en avant ses qualités pour augmenter la crédibilité de son profil

 

Oui, alors. Du coup, Fabio ton approche et est intéressante. Donc là, tu commences ton, on accroche en disant interviewent Singly, Time, Los Angeles. Donc, la femme du Time, j’imagine que c’est le nom de ta société comme indiqué ici, et le fait que je suis passé à la télé songeuse. Donc là, c’est ton n’accrochent. Ensuite, tu continues en disant retour sur la première interview de Randy Time à la télé aux USA.

C’était il y a un peu plus d’un an. Quel souvenir! Donc, là, ça permet de mettre en avant un effet de crédibilité pour dire OK, je suis passé à été à la télé, aux US.

D’un côté, je suis entre guillemets, n’importe qui. J’ai une certaine autorité et ça, c’est un peu la perception que peuvent avoir les gens dans ça. C’est pas mal. Et ensuite, je remercie du les personnes, l’interview et un article très intéressant et un lien vers l’interview en entier. En soi, ce n’est pas mauvais. Par contre, je pense que tu pourrais encore plus optimiser tout ça et gagner encore plus en visibilité et surtout réussir à gagner encore plus en crédibilité.

 

Faire le lien entre vos différents supports de communication en reliant votre LinkedIn à votre chaine YouTube ou encore à vos réseaux sociaux

 

L’idée, notamment quand je partage ou en tout petit tacle. En tout cas quand j’invite mes clients à partager une vidéo qui est présente sur une chaîne YouTube ou quand on veut inciter les personnes à lire un carroussel comme moi. Je publie aussi des carroussel, donc aussi leur donner envie d’aller lire Le Carroussel ou, par exemple, si tu as envie d’inviter les gens à aller écouter un podcast en entier, par exemple, étant donné que sur LinkedIn, on ne peut pas publier en entier et surtout l’intention de départ, les gens ne vont pas sur LinkedIn pour aller consommer du contenu ou de la vidéo ou du podcast qui est excessivement long.

 

L’intérêt de la méthode Haïda

 

L’idée ici, ce serait d’utiliser la méthode haïda, donc être très bien connue. Attention, intérêt, désir, action pour donner envie à la personne d’aller lire le contenu ou d’aller écouter ou regarder l’interview en entier, ou en tout cas l’extrait que tu souhaites partager. Donc, quand la partie attention, j’aurai retravailler ton accroche au lieu de dire interviewes freundlich time. 200G Steevy, j’aurais par exemple commencé ton post en disant je l’ai fait. Et ensuite, à la ligne, je suis passé à la télé aux USA.

Du coup, c’est un pas de beaucoup plus, c’est beaucoup plus percutant, c’est court et on envie d’en savoir plus. Finalement, t’es passé à la télé, aux US. Qu’est ce qui s’est passé? On veut le savoir. Un autre exemple aurait pu très bien, simplement démarrer ton post avec cette accroche qui serait je suis passé à la télé aux USA et je n’étais pas prêt à ce qui allait arriver ou je n’étais pas prêt à ça. L’idée, c’est se dire en quoi tu étais pas prêt?

Qu’est ce qui s’est passé pendant l’interview? Peut être quand t’as posé une question qui t’a dérouté? Ou peut être que tu as dévoilé ta dévoilez peut être un quelque chose d’inédit. L’idée, c’est vraiment de capter l’attention et avec une accroche qui cultive le mystère qui est personnifient. Ensuite, continuer sur la partie intérêt. C’est à dire là, ça a été intéressant que tu m’explique comment toi, tu t’es retrouvé sur ce plateau de télé. Ça, on envie de savoir les coulisses, de savoir comment ça s’est passé.

Et ça, tu peux très bien le faire en 2 ou 3 lignes. Pas besoin d’en faire un par, etc. Seulement quelques lignes d’expliquer comme tu t’es retrouvé là. Ensuite, la troisième partie, c’est le désir. Là soit intéressant que tu indiques finalement à ton audience sur les Medine, ce qui vont réellement retrouver dans la vidéo. Pour toi, faire du teasing et leur donner encore plus envie de regarder la vidéo, car après tout, c’est le but.

 

Utiliser son LinkedIn comme une plateforme de redirection

 

Et enfin, le dernier point qui est action là serait intéressant de faire un appel à l’action différent que juste mettre le lien vers la vidéo YouTube. Ça été par exemple. Tu pourrais publier cette interview là déjà sur ton profil LinkedIn et inviter les gens à aller sur ton profil pour aller voir l’interview en entier. D’une part, tu crée de la visite et de l’attraction sur ton profil. Ces gens pourront aller de découvrir un peu plus s’ils un peu plus ce que tu fais.

Ils pourront aussi ensuite, du coup, aller voir cette fameuse interview, voire même être un peu dérouté par autre chose sur ton profil. Et et par exemple, si tu a notre lien qui renvoie vers Je sais pas, moi, j’ai une formation gratuite. Bref, ce qu’on appelle une ressource épics indispensable. Il faut être intéressé aussi pour aller s’inscrire à ces événements. Donc ça, ça pourrait être intéressant de faire ça. Et au lieu, par exemple, de partager le lien, YouTube serait intéressant que tu partages un extrait croustillant en moins d’une minute et que tu la publie de manière native sur les disques.

Linguine aime bien, n’aime pas quand on fasse ressortir les gens de sa plateforme. C’est intéressant que tu garde cet extrait là de moins d’une minute. Le plus croustillant pour que les gens voient cet extrait là et encore plus envie d’aller voir la vidéo en entier. Et du coup, et sachant que déjà, sur ta vidéo YouTube, les sous titres sont présents, le travail est déjà fait étant donné que la majorité des gens sur LinkedIn regardent les vidéos sans le son était déjà fait, plus qu’à reprendre les meilleurs extraits et la republier de manière native sur LinkedIn et ensuite sur un poste qui, potentiellement, va beaucoup plus cartonner.

 

Comment faire le buzz sur Linkedln

 

Super! Alors en plus, Fabio a énormément de d’anecdote en réserve qui va partager prochainement. Donc je suis sûr qu’avec ses conseils, il va faire le buzz très prochainement. Préparez vous à voir Fabio nous révéler les secrets de Franny Time dans les prochains mois. On va passer désormais Karine Millot, qui est également partie prenante, que j’ai rencontré dans le parcours devenir expert en social selling. Pour tout vous dire, Karine, ça a été ma première cliente et je l’en remercie encore pour sa confiance.

Et du coup, j’aime beaucoup son approche et elle est devenue également membre du collectif de Back to Business et va proposer dans les prochaines semaines, dans les prochains mois, un parcours sur développer une landing page qui soit la plus performante possible. Et donc, là, elle produit un poste. On appelle l’ensemble du carroussel, malheureusement, parce que c’est difficile, soit un peu rapide de l’introduire. En tout cas, je n’avais pas les compétences personnellement, mais je serais très heureux de renvoyer Karine également, d’avoir tout retour sur sur son approche.

 

Mise en situation Ă  travers le profil de Karine

 

Alors là, Karine commence son poste avec une accroche. La création graphique manque de transparence à vos yeux? Ça, c’est une bonne accroche parce que ça crée du mystère sacré. En tout cas, il y a eu une envie d’en savoir plus et ensuite un continent les envie de savoir ce qui se cache vraiment derrière une commande de logo, je vous détaille mon process. Donc là, c’est intéressant parce que tu utilises, tu fais du teasing et tu te fais un petit peu plus saliver ton lecteur pour aller lire ton carroussel en entier et le type de ton carroussel, c’est pas gentil, mais qu’est ce qui se cache vraiment derrière un logo?

 

La particularité d’un carrousel dans une publication LinkedIn

 

Donc, la particularité quand on publie un carroussel, c’est que finalement, on a un peu de deux accroches. On a l’accroche de la première, celle du Carroussel, et on a l’accroche du Post. Moi, typiquement, quand j’ai une approche avec un carroussel, j’aime bien. J’ai bien déstructurées les choses à dire. Vraiment, miser mon accroche sur la première, c’est du Carroussel et avoir justement en accroche du post qui l’accompagne plutôt un extrait d’un dialogue ou en tout cas une fausse croyance qui a déjà été entendu quelque part au sujet de Badu du sujet.

Voilà ce que tu que tu exploite, en l’occurrence autour du logo.

 

Les recommandation de Christopher Piton

 

Tout comme pour Fabio, je recommanderais d’utiliser la méthode Haïda pour donner envie à ton audience de lire ton carroussel parce que c’est le but. C’est aussi ce que je fais souvent. Tu commencerais par l’attention. Donc l’attention, ça va être d’une part, de retravailler l’accroche de ton carroussel pour la rendre plus percutante, ce Catcan. Parce que quand tu dis qu’est ce qui se cache vraiment derrière un logo? Moi, typiquement, dans Carroussel, moi, j’ai lu en entier, mais en ce cas, moi, je m’attends à ce que tu nous raconte l’histoire derrière un logo.

Et ça peut vraiment porter à confusion. Parce que finalement, ce n’est pas l’histoire derrière le logo que tu parles, mais tu parles de ton process avant de créer un logo. Et du coup, ça peut porter à confusion. Donc, moi, ce que je savais, c’est de retravailler cette accroche là et par exemple, d’avoir une approche du style. Je vous dévoile mon process avant de créer un logo, ce qui permet de créer du mystère et de pas créer de confusion dans l’esprit de la personne qui va lire rapidement ton accroche sur ta première slide dans le fil d’actualité, parmi la masse d’autres contenus qui sont qui qui défilent sous ses yeux.

 

Le travail de l’accroche

 

Et ensuite, ça sera de retravailler l’accroche sur ton post pour qu’il soit complémentaire avec la première slide de ton carroussel, en reprenant par exemple, Comme je suis en amont, une mauvaise remarque que tu entends souvent, ça pourrait être de commencer ton accroches à la place de la création graphique. Manque de transparence à vos yeux? Je pourrais très bien commencer ton post en lisant quoi? Ça te prend une semaine pour créer un simple logo et aller à la ligne en disant c’est la remarque que j’entends le plus souvent.

Et du coup, en fait, en ayant cette approche là, tu crée du mystère et tu vas pouvoir enchaîner tout de suite la suite de ton de ton post en expliquant que non, ça ne prend pas une semaine pour créer un logo. Il y a tout un processus à mettre en place avant et du coup, je vous explique le processus dans le Carroussel. Donc là, on était sur la partie. Attention! La partie enterrée là. Ce qui serait intéressant, c’est que tu explique les conséquences.

Finalement, lorsqu’on cherche à aller trop vite, à vouloir créer un logo et finalement, que explique que il y a un processus qui va se mettre en place ensuite d’aller en. Il y a un troisième parti qui a le désir ou là, tu vas indiquer à ton audience, finalement, quelles sont les bonnes étapes pour créer un logo qui aura de l’impact. Donc là, dans ton post. L’idée, c’est que ce n’est pas que tu dévoile tout le contenu de ton carroussel, mais que tu donnes quels sont, par exemple, les deux premiers bénéfices et ou les deux premières étapes de ton process et et inviter les personnes à élire l’intégralité des autres étapes dans ton carroussel?

Et à ce moment là, ton action, c’est quoi? C’est de leur indiquer que pour voir et découvrir l’intégralité de ton process, eh bien, il suffit de parcourir le carroussel.

Je vais répondre en live à Aurélie par rapport au hashtag s’appartient la question algorithmique. Encore une fois, je vous invite à prendre contact avec moi. Je serais très heureux de vous répondre spécifiquement sur ce sujet, mais je pense qu’on va devoir avancer sur les audite. Il reste encore deux postes. Et comme dit, on a une vidéo qui est dédiée à ce sujet. Et oui, il y aura un replay et c’est pour ça que je compte beaucoup sur Yohann Nouri, qui est, lui, influenceur et expert sur Instagram, qui est aux manettes et qui enregistre l’ensemble de la session.

Alors, on va passer André Frédéric Adli, qui est le fondateur de Voltaire, une société qui propose le montage de panneaux solaires. Et du coup, en fait, c’était intéressant de travailler avec André parce qu’il m’a permis de me poser la question du gringo de la croissance verte. Comment est ce qu’il est possible de décliner notre pédagogie qui appartient au monde du cross acting dans le domaine de l’écologie? On n’a pas encore énormément d’éléments de réponse, mais en tous les cas, la question est ouverte et je suis sûr qu’André sera très heureux également d’avoir recours au retour sur sur ce sujet.

 

Les choix stratégiques des visuels sur LinkedIn

 

Mais oui, alors. Première chose là, vous ne voyez pas l’écran, mais il y a deux photos, une photo. Après, c’est à dire après la pose de panneaux solaires photovoltaïques, pardon, et une photo avant du coup de la maison sans les panneaux, donc. Déjà, avant même de commencer mes remarques sur le fond. L’idée, ce serait de finalement inversé. Généralement, on a toujours un avant ou là.

Excusez moi, je suis. Excusez moi donc, mais on a toujours un avant après et pas un après avant. Ça fait un peu bizarre. Donc l’idée, c’est vraiment d’expliquer une évolution et de voir la maison à 100 panneaux et la maison avec ses panneaux, donc le visuel et trompiez en moitié. Pareil sur les visuels. Nul besoin de mettre ton logo en gros plan. Pourquoi? Parce que, d’une part, il est tronqué sur les images et d’autre part, ce n’est pas l’information qui me semble la plus pertinente à mettre en avant dans A très bien pu mettre son logo juste dans le coin à gauche de chaque photo.

 

Choisir la dimension de ses visuels sur Linkedln

 

Si vraiment tu veux utiliser ton logo et pas besoin de le mettre en aussi gros. Parce que finalement, quand on lit ta publication, on voit très bien l’intitulé, ton profil ou c’est indiqué chef d’entreprise chez Voltaire. Donc on sait que tu es le représentant de cette société, Voltaire, et pas besoin d’avoir ton logo en aussi gros sur les images. Donc là, c’est pas pour l’aspect visuel et pour avoir plus d’impact sur ces visuels là. Maintenant, concernant ton texte qui accompagne le post, tu dis merci à Mme Zink d’être passée à l’énergie verte photovoltaïque à nouveau raccord en nous accordant leur confiance pour réviser leurs projets à présent et faire profiter l’énergie d’encore.

A présent, ils peuvent profiter de leur énergie gratuite. Et vous, quand vous mettez vous au vert, vous êtes à votre service pour donner envie aux projets photovoltaïques.

 

La structure de votre texte sur une publication Linkedln

 

Et là, il y a une chose qui me gêne, c’est que tu commences ton post par remercier les personnes. À mon sens, mieux vaut remercier les personnes à la fin de ton post. D’autant plus que tu les mentionne pas. Tu mets Mme et M. Zink, mais étant donné que tu les a pas mentionnés avec le arobase suivi du nom de la personne, j’imagine pour raisons de confidentialité, les personnes ne sont pas notifiées que tu les avancées dans ta publication, qui est un argument supplémentaire pour dire qu’il n’y a pas de raison à ce que tu les remercie dès le début de ton post 7.

Pour sa défense, ce sont des personnes à la retraite qui n’ont certainement pas de profil auquel s’ajoute un copier coller d’un post Facebook. Laigre, c’est OK, mais justement.

D’où les raisons supplémentaires pour étendaient qui ne verront pas la publication de pas commencer par les remercier dans les posts, mais à la fin du post, bien entendu. Maintenant, étant donné que finalement tu a publié une photo avant, après ce qui s’est passé et une histoire, c’est que il y avait une situation initiale où il y avait une problématique et situation finale, où finalement maintenant il dépense moins d’argent et ils font des économies d’énergie et donc d’argent grâce à la pose de panneaux.

Parce soi très intéressant, c’est finalement de structurer ton contenu, comme je l’avais évoqué en amont dans la master class, avec cette fameuse approche en cinq étapes. L’accroche à la situation initiale. L’élément perturbateur les péripéties et l’appel à l’action. Moi, j’aurais plutôt vu le début, le début de ton post avec une approche du style, il ne dépense plus un centime en électricité. Tout de suite, c’est intrigant parce que tu on se pose ta question. Maintenant, ils dépensent plus d’argent en électricité.

 

Fidéliser son lecteur à travers des histoires et du suspens

 

Pourquoi ? Même si on le sait à travers les photos qui en avant après. Mais c’est le début d’une histoire et on a envie de connaître la suite de cette histoire. Ensuite, continué par la situation initiale. Tu pourrais très bien dire voilà, c’est particulier. Ces gens là, ces retraités, par exemple, ne supportait plus de payer X euros d’électricité par mois. C’est la situation initiale. Ensuite, il y a eu un élément qui est venu perturber la vie de ces retraités et tu pourrais très bien quand continuer, a publié son en disant.

Jusqu’au jour où ils ont reçu la fameuse facture de régularisation et ils ont cherché à faire une des solutions et ils ont cherché une solution pour faire des économies. Cet élément perturbateur. Ensuite, il s’est passé des péripéties finalement, pour du coup ne plus avoir de facture de régularisation de EDF, etc. Ils ont fait appel à d’autres fournisseurs d’électricité pour essayer de comparer les prix et trouver une solution plus avantageuse pour faire un petit peu d’économies. Et puis, finalement, ils se sont rendu compte qu’ils ne faisaient pas tant d’économies que ça.

Et ils ont décidé de chercher d’autres solutions, comme par exemple la pose de panneaux photovoltaïques. Et du coup, c’est ils ont vécu toute cette Perfidia. Et depuis que toi, tu es intervenu, ils ne pensent plus du tout à cette facture de régularisation parce qu’ils font maintenant des économies. Et en gros, maintenant, une fois que les péripéties sont terminées, c’est l’appel à l’action et dire à l’audience qui te suit et vous, avez vous déjà envisagé de poser des panneaux photovoltaïques Botanic?

J’ai du mal avec ce terme. Et bien parlons en dans les commentaires. Voilà comment j’aurais structuré ton post, toujours en anglais, en partageant une histoire, parce que il y a une histoire derrière. Les gens ont fait appel à toi parce qu’il y a une raison. Ils avaient une problématique et aujourd’hui, la problématique est résolue et en groupe, a expliqué c’était quoi le problème? En quoi ta solution a réglé le problème? Quel est les résultats suite à la résolution de ce problème?

Voilà pour l’histoire. Super! Moi, personnellement, je vends pas de panneaux photovoltaïques, mais je trouve que ta carte de lecture est vraiment très, très intéressante. Et encore une fois, ça alimente mon propre, mon propre moulin et je pense que c’est la même chose pour vous de votre côté. Je trouve que les explications de Christopher sont vraiment très, très limpides, très claires et très ludique. Moi, ça me plaît beaucoup. Et last but not least, alors on a signé le plan Juppé qui est le travail en tant que agence immobilière.

C’est vrai que ce sont des métiers qui ne sont pas forcément présents sur une colline, mais il n’y a pas de finalement, toutes. Tout le monde est le bienvenu sur une colline. Et c’est vrai que c’est un modèle. On est plus en modèle Hitoshi et on a tendance à dire que finalement, c’est essentiellement du B to B, alors que pas du tout. Et justement, donc, là, l’approche de Sylvie, je la trouve très intéressante.

En plus, c’est quelqu’un de très dynamique dans son secteur d’activité. Et là, je pense qu’elle va aussi également apprendre beaucoup à t’écouter.

Mais alors là, pour faire simple, on a la même utilisation, un peu plus que je dirais classique de ce qu’on a l’habitude de voir dans les usines, notamment dans ce secteur là. C’est à dire?

 

L’utilité des publications sur les pages d’entreprise LinkedIn

 

Il y a une publication sur la page entreprise, en l’occurrence Remax Atika, qui vient finalement faire un top de ses meilleures agences sur 1 sur le mois et pour justement mentionner les personnes et typiquement, pour gagner en visibilité, en notoriété et en image, etc. Voilà ce qu’a fait Sylvie. C’est qu’elle a partagé le post de la page entreprise en apportant une petite contribution et en disant que, finalement, elle était heureuse de participer à l’évolution du chiffre d’affaires de la société, en tout cas à au chiffre d’affaires de la société et à termin.

Tu termine en lisant votre projet de vie en toute sérénité. Ça fait un petit peu la fin de deux post en mode, un slogan typiquement moi. Cette fin de post n’apporte pas grand chose, si ce n’est que finalement, juste le débit de ton contenu. Permet aux personnes de montrer que c’est bien toi qui qui a réussi à développer le chiffre d’affaires, mais malgré les circonstances actuelles avec le colis, tout comme l’approche avec André Frédéric tout à l’heure, j’aurais écrit un post avec la même structure de storytelling, c’est à dire que finalement, tu es tu arrivé à être au top dans la boite?

Mais tu es pas y arriver comme ça d’un coup de baguette magique ou d’un claquement de doigts. Il y a une histoire derrière tout ça. J’aurais commencé plutôt ton post avec une accroche n’accrochent du style pour la rendre encore une fois plus percutante que ce que tu tu as fait sur ton post. Actuellement, j’aurais commencé en disant je l’ai fait. Et du coup, aller à la ligne et dire je suis dans le top 3 des meilleures conseillères immobilières, donc d’une part, c’est sûr que c’est un poste célébration.

Donc, on en voit beaucoup sur LinkedIn. On sait bien l’utiliser de manière parcimonie. Mais à quoi sert que des postes célébration? Encore une fois, là, c’est plus fort de donner des idées. C’est bien de le faire de temps en temps, mais pas tout le temps, au risque de laisser l’audience et que la personne à l’audience a la sensation que ce soit trop autocentré, qu’on se met trop en avant. Son objectif avant tout, c’est toujours de faire des publications aussi qui vont apporter de la valeur aux personnes qui nous suivent.

 

Partager son expérience et se dévoiler sur LinkedIn

 

De temps en temps, on peut célébrer des victoires stara, ça, c’est bien, mais encore une fois, le faire de manière recomptés. J’en reviens à ce que je disais, donc retravailler l’accroche et maintenant partager la situation initiale. Que faisais tu avant d’arriver chez Remax? Parce que j’ai été voir sur ton profil et j’ai analysé un peu aussi la page entreprise. Et j’ai vu que ça fait pas très longtemps que je suis arrivé chez eux. Ça fait à peu près un an et ou juste pour le contexte.

Kristofferson Je travaille pour Emacs Silvy, mais elle a sa propre propre structure et compte au sein d’une entreprise. Donc oui, en gros, ça fait un an que tu travailles ou tu columba que je collabore avec eux. En gros, qu’est ce que tu faisais avant de collaborer, de collaborer avec eux? Ça, c’est la solution initiale. Ensuite, élément perturbateur. Qu’est ce qui a fait que, finalement, on a décidé de les rejoindre et surtout dans le contexte actuel?

Donc, tu as commencé à les rejoindre. C’était des bureaux vides. Qu’est ce qui a fait que tu as décidé de passer le cap et de travailler avec eux? En ça, c’est l’élément qui a perturbé ta vie, ton histoire. Ensuite, quelles sont les péripéties? Qu’est ce qui s’est passé? L’attente a très bien pu dire. J’ai travaillé d’arrache pied pendant X mois, pendant presque 1 année, une année avec tant de clients satisfaits qui ont réussi à trouver une maison répondant à tous leurs critères, etc.

Voilà les péripéties ensuite l’appel à l’action où tu pourrais très bien là combien de temps de. C’est dire si vous ne trouvez pas la maison de vos rêves qui répond à tous vos critères. Parlons en dans les commentaires. Donc voilà, c’est une approche qui qui, qui sera quand même moins promotionnelle, mais qui va pouvoir tout dévoiler un petit peu plus sur ton histoire, sur qui tu es et finalement humanisés un peu plus lapublication et pas rester sur une approche un peu trop commerciale.

Hop, au top il y deux ans, on est arrivé au bout de cette étude littéraire comparée, en tous les cas, c’était passionnant. Moi, ça va me permettre de repenser mon approche et ma ligne éditoriale et la manière dont j’écris mes posts. J’espère que ça a été très instructif à tout pour vous. En tous les cas, je tenais à l’en remercier en premier Kristofferson pour la qualité de son intervention. Je savais que c’était très pointu, mais vraiment une qualité.

Comme tu as pu le déployer lors de cette masterclass, je reste encore bouche bée. Et du coup, si ça vous intéresse, mais justement d’être accompagné sur ce parcours, devenir expert en social selling, on en serait très heureux, comme on dit. C’est une manière pour nous. Il faut, il faut voir les choses comme ça de vous, de challenger, de vous poser les bonnes questions à travers des séances de coaching qu’on propose. Et bien entendu, on ne s’arrête pas là parce que les rencontres de la croissance continue.

 

LinkedIn : la plateforme au service des alternants

 

Et c’est Cristopher, encore une fois, qui va amener une rencontre de la croissance autour du thème Comment trouver son alternance grâce à ligne? Que dis nous donc? Si vous connaissez des cousins, des et des jeunes qui ont des difficultés à trouver une alternance, on fait ça de manière entièrement gratuite. Alors pourquoi? Parce que moi, j’ai reçu énormément de candidatures de la part de d’alternants et j’étais un peu déçu de la manière dont j’ai été adressé. Et du coup, de manière je suis dit c’est parce qu’ils n’avaient pas forcément les billes et pas forcément les compétences.

Ce n’est pas la lecture du profil LinkedIn que je fais, mais c’est juste la manière dont ils ont adressé leur candidature. Et je me rends compte qu’ils n’ont pas suffisamment fait de préparation à ce sujet là. Donc, c’est pour ça qu’on voulait, avec Christopher, leur venir en aide. Donc, si vous connaissez des gens qui ont besoin de soutien à ce niveau là, ce sera le 17 juin et la deuxième et la deuxième rencontre de prévu, c’est avec Jean-Baptiste Jézéquel CIO, dès la mi août, sur la question.

Construisez vous mon fichier prospects en un seul clic et ça aura lieu le 25 juin. Du coup, voilà, encore une fois, je ne peux que vous remercier tous pour votre présence. J’espère que ça a été instructif pour tous. Si vous avez des questions, des souhaits d’espaces de collaboration, d’intégrer le collectif de back to business. Vous êtes les bienvenus. Il suffit de nous tirer par la manche et je me ferai un plaisir de vous réserver un petit entretien.

 

Le mot de la fin

 

En tous les cas, voilà, je suis super super prestation. Le mot de la fin pour stoppeurs? Je te laisse entendre que tu l’a lancé.

Merci à toi Halilovic, pour m’avoir invité à cette master class. Bien entendu, si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à nous contacter par message privé, à nous envoyer des invitations. Je prends un plaisir de répondre à vos questions et si je voulais juste terminer par un mot de la fin, c’est n’essayez pas juste de vous faire remarquer sur LinkedIn, essayez de devenir remarquable et du coup, en vous différenciant des autres. Et en sait on vraiment du contenu avec votre personnalité?

Et pour vraiment aider et inspirer votre audience?

 

 

 

 

 

Communication Post LinkedIn :

L’importance des storytelling, une technique qui accroche le lecteur